Pourquoi faire de la photographie de nu ?

Pourquoi faire de la photographie de nu ? C’est une question que l’on me pose souvent ... surtout les gens qui éprouvent une aversion totale à l'égard de la nudité.

Les personnes qui pratiquent régulièrement le naturisme, qui n’ont pas de problème particulier avec leur corps, ne me la posent jamais… parce qu’ils ne se posent pas la question non plus pour ce qui les concerne.

La réponse à cette question existentielle est, à vrai dire, très simple : parce que j’aime bien.

C’est une réponse qui peut paraître ridicule, limite enfantine, mais elle ne l’est pas du tout.

Quand vous faites quelque chose de manière volontaire, spontanée, vous le faites pour vous-même, parce que cela vous procure du plaisir, de la joie … parce que cela contribue à votre recherche du bonheur. Il va de soi que personne ne m’oblige à photographier des personnes nues. Je ne le fais pas non plus pour gagner ma vie afin de subvenir à mes besoins et/ou ceux de ma famille. Je le fais parce que j’ai choisi de le faire, parce que j’aime faire cela, tout simplement …

C’est la première motivation du photographe de nu … et c’est la plus importante. De fait, il serait vraiment stupide de passer son temps à faire des choses que l’on n’aime pas. Quel est l’intérêt, pour un photographe, de shooter une femme nue s’il n’en éprouve pas le moindre plaisir ? Si c’est une contrainte pour lui ? Si c’est une corvée ? Si tel est le cas, il y a plein d’autres choses à photographier : un paysage, un coucher de soleil, un petit chat mais qu’il est mimi tout plein, un mariage, les gens dans la rue, une architecture originale … Faut vraiment pas se forcer à faire ce que l’on n’a pas envie de faire (ou, alors, il faudrait peut-être songer à entamer une thérapie …).

Je fais donc de la photographie de nu parce que j’aime bien … et la question initiale se transforme en une autre : pourquoi aimes-tu faire de la photographie de nu ?

Certains seront sans doute tentés de répondre à cette question à ma place … pour pouvoir au passage juger la personne que je suis :

C’est du voyeurisme.

C’est un pervers.

C’est un pauvre type frustré sexuellement.

C’est sans doute parce qu’il râle que sa femme ne se balade pas tout le temps toute nue à la maison comme il le voudrait.

C’est parce qu’il a une bite à la place du cerveau.

J’en passe et des moins bonnes (étant entendu que, toutes ces phrases, je les ai déjà entendues pour de vrai).

Oui, ce sont des explications possibles. Ce ne sont pas pour autant les miennes. Ce sont éventuellement les vôtres.

Il est clair qu’il y a des tas de cons qui utilisent le prétexte photographique pour satisfaire une pulsion sexuelle, une volonté de voyeurisme. Il est inutile de le nier, les modèles sont bien placés pour le raconter bien mieux que moi.

Sauf que, lorsque tel est le cas, le but n’est pas, pour la personne concernée, de faire véritablement de la photographie de nu mais uniquement de voir par tous les moyens une femme nue, d’en éprouver un plaisir qui n’a rien d’artistique et de ramener un souvenir ému de cette séance croustillante sous forme de photos de qualité médiocre …

A partir du moment où la démarche n’est pas artistique, si le but n’est pas vraiment de faire de la photographie de nu mais de satisfaire un besoin de voyeurisme, on sort naturellement du cadre et la réponse donnée n’a alors plus rien à voir avec la question posée (pourquoi faire de la photographie de nu ou pourquoi aimes-tu faire de la photographie de nu ?). Or, précisément, la question reste bien celle-là …

J’aime faire de la photographie de nu. Je n’ai pas dit que j’aime sauter sur tous les modèles ou toutes les femmes que je croise … Je n’ai pas dit non plus que la simple vue d’une femme nue, qu’elle soit jolie ou non, serait de nature à m'émoustiller au point de faire descendre mon cerveau dans un espèce de tube de moins en moins mou qui grandit au même rythme que ma connerie.

Donc, s’il vous plaît, les gens, soyez gentils : ne m’attribuez pas des pensées qui vous appartiennent et ne voyez surtout pas en moi le fauxtographe qui, après deux ou trois minutes de discussion animée avec un modèle en vue de l’organisation d’un éventuel shooting, va lui envoyer spontanément une photo de son zizi en érection parce que c’est là qu’il a placé tout son potentiel de séduction, faute de pouvoir lui offrir autre chose de plus subtil.

Nous parlons ici de photographie. Pas de galipettes.

Vos pensées ne sont pas les miennes. Si c’est ainsi que vous raisonnez, si vous partez du principe que le photographe a forcément autre chose dans la tête que de faire de la photographie, le problème, il n’est pas chez moi mais chez vous. C’est votre état d’esprit, votre manière de voir les choses … cela n’a rien à voir avec la personne que je suis. Bref, merci de garder vos projections pour vous ! Si la simple vue d'une femme nue vous met dans tous vos états, tant mieux pour vous mais ce n'est pas mon cas.