La nudité, la pudeur, la censure, l'érotisme, la pornographie, la photographie, l'art ...

"Sois un homme et ne laisse pas tes femmes sortir dans des tenues indécentes" ...

C'est le slogan qui est régulièrement publié depuis quelques mois sur de nombreux profils Facebook au Maroc.

Je serais plutôt tenté quant à moi de remplacer cette phrase par une autre que je trouve bien plus subtile : "Sois un Homme et respecte ta femme, la Femme plutôt que de vouloir la contrôler".

La liberté de pensée ... Il y a, à vrai dire, autant de formes de pensée qu'il y a d'êtres humains sur Terre. Il n'y a pas de Vérité absolue : chacun de nous cultive sa propre vérité, plus ou moins universelle, plus ou moins originale.

La pensée de la majorité des gens n'est pas, à ce niveau, un signe extérieur de sagesse, une preuve de connaissance ni même d'intelligence ! La pensée est, en effet, évolutive : les vérités du passé ne sont pas celles de notre temps. Il s'agit d'en prendre conscience. Si nous ne le faisons pas, nous pourrions aussi bien continuer à vénérer Zeus, Jupiter ou Râ ainsi que tous les Dieux et Déesses indécentes qui les accompagnent ... Nous pourrions également soutenir encore et toujours que la Terre est plate ou que le Soleil tourne autour d'elle ... L'histoire de l'humanité devrait nous inciter à faire preuve de plus d'humilité avant d'imposer notre propre vérité aux autres : non, nos croyances ne sont pas, en soi, des vérités : ce ne sont que des croyances. Non, notre vérité n'est pas LA Vérité, la seule, l'unique : personne ne peut se targuer de détenir le monopole de l'intelligence humaine.

"Sois un homme et ne laisse pas tes femmes sortir dans des tenues indécentes", ce n'est finalement jamais qu'un mode de pensée, une manière de voir le Monde, une façon de voir la femme parmi tant d'autres ... et parmi ces tant d'autres manières d'appréhender la femme, il y en a probablement certaines qui sont infiniment plus réfléchies, moins machistes, moins ... masculines.

Ceci dit, puisque "nos" femmes doivent, paraît-il, sortir avec une tenue décente, c'est quoi, au fait, une tenue indécente ? Une jupe, ça va ? Une robe ? Un pantalon, peut-être ? Un tailleur ? Un voile ? Un hidjab ? Une burka ? Un training Adidas ? Un pyjama en pilou ? Un sac poubelle ?

Tant que nous y sommes, pourquoi ne pourrait-elle pas sortir nue, la femme ? Tiens, au fond, et la nudité, c'est forcément indécent, la nudité ?

Nudité. Le mot est lâché. Si l'on en croit ce qui est écrit sur Wikipédia : "la nudité est l'état d'un corps humain ou d'une de ses parties qui n'est pas recouverte d'un vêtement". Ouais, bon, ça, on s'en serait quand même un p'ti peu douté, tsé, Wiki ! Bref, la nudité, c'est le corps non recouvert par un vêtement. Non, sans blague ?

Sauf erreur, jusqu'à présent, il n'y a en tous les cas pas encore un seul être humain qui soit né(e) avec un short, un tee-shirt et des tongs. Non, à ma connaissance, mais tout le monde peut bien sûr se tromper, nous sommes TOUS nés sans vêtements, c'est-à-dire, complètement nus selon Wikipédia.

On ne se met pas nu. On naît nu. On est nu.

Conclusion : la nudité est un état naturel, pour l'homme comme pour la femme.

Et cela ne se limite certainement pas à notre état de naissance. Les bébés, sauf erreur, ne passent pas leur temps à cacher fébrilement leurs seins, leur zizi ou leur quiquine-zezette (je n'ai jamais compris pourquoi on s'évertue toujours à vouloir donner des petits noms à un vagin ou à une vulve - nondidju, c'est compliqué, quand même, l'anatomie féminine - mais bon, je vais succomber à la tendance pour faire "comme c'est mignon").

De même, sauf erreur, le petit enfant de 3-4 ans n'éprouve pas non plus la moindre honte à se montrer nu(e) devant d'autres personnes. Il ou elle s'en fout comme de son premier lange.

La pudeur n'est donc pas un comportement naturel : c'est un comportement que l'on acquiert progressivement par le biais d'un apprentissage.

Il se fait que cet apprentissage, cette éducation consistant à inculquer à nos gosses le besoin artificiel ou la nécessité morale (?) de cacher son corps ou, à tout le moins, une partie de son corps (les parties génitales) par pure convenance sociale, n'est pas nécessairement le même partout dans le Monde. Il varie également 'une époque à l'autre.

La pudeur sous l'Antiquité n'a évidemment rien à voir avec celle de 2018.

La pudeur dans certaines contrées situées en Afrique ou dans la forêt amazonienne (pour ne prendre que ces exemples parfaitement caricaturaux) n'a rien à voir non plus avec celle de l'Amérique profonde, celle qui sévit en Arabie Saoudite, celle que l'on observe en Allemagne, celle du Japon ...

Elle varie dans le temps et dans l'espace. C'est une évidence ... et je suis même gêné de répéter ici bêtement ce que des tas de gens cortiqués ont déjà eu l'occasion de dire et répéter bien mieux que moi dans de nombreux ouvrages consacrés à ce sujet. Non, décidément, il n'y a pas de Vérité absolue ... et certainement pas pour ce qui est de la pudeur, la pudibonderie ou, si l'on préfère, pour ce qui est de la relation de l'humain avec son corps, avec la nudité en général.

De fait, l'homme est le seul être vivant à se poser des questions sur son corps, sur son image, sur sa nudité. Il est le seul qui cherche à la dissimuler de manière obsessionnelle en public. Personnellement, je n'ai jamais vu un chien mettre son manteau pour sortir faire pipi, un chat mettre des bottes de 7 lieues, un lion raser sa crinière pour plaire à la maman de Simba ... En règle générale, les animaux - et nous en sommes, pourtant - acceptent leur corps tel qu'il est et ils n'ont pas la moindre pudeur à ce niveau. Ils se tapent complètement de leur aspect physique et ne se cachent obstinément pas le sexe quand ils croisent leurs con-génères.