La critique photographique sur les réseaux sociaux

Une photographie ne présente aucun intérêt si elle reste cachée au fond de votre tiroir ou de votre ordinateur.

Une oeuvre, quelle qu'elle soit, n'a d'utilité que si elle peut être vue, appréciée, admirée par d'autres.

Les photographes publient généralement le fruit de leur travail sur un site Internet, un portfolio, Facebook, Instagram, 500px, YouPic, etc.

Certains veulent simplement partager une photo dont ils sont fiers. D'autres voudraient recueillir des critiques constructives, des conseils, des suggestions, etc.

Les réseaux sociaux sont naturellement un moyen facile et rapide pour parvenir à ces fins.

Il existe ainsi une multitude de groupes Facebook qui ont, précisément, cette finalité, outre le fait que cela permet également aux photographes de se faire connaître auprès de modèles potentiels.

Malheureusement, je constate avec regret que, très souvent, ce qui devrait être une critique constructive d'une photo dérive trop souvent en une critique méprisante du photographe, lorsque la photo ne plaît pas à celui qui poste le commentaire.

Une critique constructive, c'est une critique bienveillante, respectueuse de l'autre, qui n'a pas d'autre but que de formuler des conseils, des suggestions, des recommandations ... pour aider le photographe à progresser. Et les critiques les plus utiles, celles qui font mouche, celles qui permettent réellement d'avancer, ce sont celles qui contiennent des encouragements.

Nous sommes tous allés, un jour, à l'école. Nous avons tous eu de bons et de mauvais professeurs. Ceux qui nous ont cassés par des "tu es trop bête pour comprendre" ou des "toujours aussi nul" et autres bêtises du genre, ne nous ont pas du tout aidés. Ils nous ont plutôt dégoûtés. Ces critiques ne sont à vrai dire que le reflet de l'ego de leurs auteurs. Casser l'autre, casser l'élève, c'est essayer de sa valoriser en détruisant son interlocuteur. C'est s'auto-attribuer un sentiment de supériorité qui masque, en réalité, un manque d'estime de soi. Ceux qui, par contre, nous ont encouragé par des "allez, vas-y, je suis sûr que tu peux le faire" ou des "bravo, tu as fait un bel effort, je suis fier de toi" nous ont touché et nous ont permis de restaurer notre confiance en nous. Nous leur en sommes reconnaissants parce qu'ils nous ont aidé à progresser.

En photographie, c'est exactement la même chose. Les critiques qui portent sur la personne du photographe, qui contiennent un jugement de valeur sur celui-ci, ne présentent absolument aucun intérêt. Elles sont bêtes et méchantes. Elles n'honorent pas ceux qui se croient intelligents en postant de tels commentaires désobligeants. Cela leur donne l'illusion d'une supériorité qui n'existe que dans leur tête. L'être méprisant n'est-il pas l'être le plus méprisable ?

Vous trouverez plus bas quelques photos que j'ai publiées dans des groupes Facebook. Ce ne sont pas les meilleures. Ce n'est pas de la merde non plus.

Quelques exemples de commentaires que j'ai eu l'occasion de réunir à la suite de ces partages (par respect pour la langue française, je m'abstiendrai de reproduire les fautes d'orthographe : comme par hasard, ce sont le plus souvent ceux qui ont de toute évidence une éducation assez limitée qui sont souvent les plus virulents) :

Quelle horreur !

C'est moche. Next.

Ces photos sont insipides, inodores et incolores.

On dirait des hippopotames. Beurk.

Je connais le modèle, franchement, je serais gêné à ta place de publier de telles photos d'elle.

Un bon conseil : va prendre des cours !

C'est nul. Tu n'as rien à faire dans ce groupe.

Et quand on ose réagir - certes avec ironie - à ce genre de critiques, voici le genre de réponses que l'on récolte :

Tu fais de la photo depuis 5 minutes. Moi, cela fait 50 ans que je fais de la photographie. Ce n'est pas toi qui va m'apprendre quelque chose. Laisse tomber ! Tu n'as pas les armes pour lutter avec moi.

En d'autres termes : je m'autorise à te casser mais je ne t'autorise pas à me répondre parce que j'en ai une plus grosse que la tienne ! Je peux critiquer comme je l'entends mais je n'entends pas que tu oses critiquer ma critique ...